La réputation de Yamina Benguigui déborde les frontières et se communique sur la terre entière

Le prestige de Yamina Benguigui en tant que réalisatrice va bien au-delà les frontières françaises puisqu’ elle est désirée par le groupement EQUAL pour tourner une succession de 30 scènes de courte durée sur une problématique où elle est experte : les discriminations. C’est concernant le statut légal des femmes et de la sauvegarde de leur libération que Yamina Benguigui s'illustre une speakerine idéale. Le témoignage en ligne avec les émissions qu’elle anime sur le site www.terrafemina.com. Eprise de savoir, d’humanités et de linguistique, Yamina Benguigui a été aussi la co-animatrice d’un programme distribué sur à la tv publique dédié à des thèmes qui lui tiennent à cœur, en compagnie du présentateur Gilles Schneider.

Gratitude pour son action grâce à de nombreuses décorations


La reconnaissance de son action ferme en tant que Ministre chargée de la Francophonie dépasse les frontières nationales, comme l’atteste le prix Sédar Senghor des Arts et la Culture, remis en 2013 par le président sénégalais. Son concours en faveur de l'amélioration des arts et de la culture marque les débats nationaux au point de voir Yamina Benguigui décorée de l’Ordre des Arts et des Lettres, une récompense parmi les plus précieuses de la République française. Le droit à la scolarisation pour les jeunes filles et l'accès aux cours de rattrapage des femmes, passage obligé sur le chemin de l’indépendance, ont fait l’objet de tous les débats lors du deuxième colloque international des femmes francophones,monté par par la Ministre Déléguée Yamina Benguigui.

Yamina Benguigui




Se servant de son vécu Yamina Benguigui aide les populations immigrées


Avec sa 1ère oeuvre cinématographique qu’elle intitule «Inch’Allah dimanche», Yamina Benguigui s'en retourne à ses sujets favoris c'est-à-dire la destinée de la femme dans la culture maghrébine et musulmane et la difficile acculturation d’une femme originaire d'Algérie forcée à renier son comfort pour rejoindre son conjoint, sélectionné pour travailler en France. L'issue de des travailleurs étrangers débute par l'expatriation en masse de travailleurs étrangers, qui ont grossit les chiffres du recensement des pays européens comme la France, cependant cela conséquence lourde aussi pour leurs conjointes fréquemment résidant au pays et parfois forcées de les retrouver à l'encontre de leur volonté. Yamina Benguigui s'attache à relater l'expérience de Zouina dans sa fiction. L’immigration|L'expatriation} assumée est d'ores et déjà une étape tortueuse complexe vers l’insertion, cependant que penser de ces femmes marocaines qui n’ont pas demandé à rejoindre leur compagnon épousé au pays et expatrié en terre d’accueil. L’arrivée du personnage de Zouina en France et son acclimitation complexe dans le nord de la France nous est rapportée dans le long métrage de Yamina Benguigui dénommé "Inch'Allah dimanche".

Yamina Benguigui - Mettre à profit le pouvoir de l’image


Réalisatrice née en France issue de l'immigration, Yamina Benguigui attire tous les regards d'emblée via ses premiers scénarios consacrés à la condition des femmes mahométanes et au problème de la venue des travailleurs immigrés algériens en France du point de vue intérieur. Yamina Benguigui, voit le jour dans le département du Nord d'un père et d'une mère algériens et vit une enfance sans problème au sein d’une famille nombreuse dans le Nord. En refaisant la chronologie de ces migrants marocains, en débattant du problème des ségrétations dans l'histoire, l'auteure fait voir un peu d’elle-même. Yamina Benguigui se positionne ostensiblement pour la justification des droits inaliénables humains et en faveur des populations ségréguées et se constitue comme membre sein de de l'association France Libertés aux côtés de Danielle Mitterand.

Contribuer à amplifier ses opinions attaquant toute forme de ségrégation


Dans la même veine que l’un de ses premiers reportages en trois actes, montés en préambule de sa carrière, Yamina Benguigui justifie qu’elle a le pouvoir de s'accomoder du cadre du court métrage lorsqu’ elle publie la fiction « Le grand voyage de Lalla Amina » à propos des pionnières de l’immigration, aujourd’hui grands-mères. Yamina Benguigui explore la totalité des alternatives de l'appareil vidéo et entreprend de s'initier à la réalisation d'un clip vidéo avec son film baptisé « La princesse est morte » mis en oeuvre à destination du groupe KDD. Elle remporte d’ailleurs le titre de meilleur clip durant le festival de Saint Denis pour cette production. En tant que membre affiliée de le clan France Libertés, Yamina Benguigui statue contre la ségrégation raciale sud-africaine et le traffic humain des peuples d'Afrique, elle réalise trois programmes éloquents : « MANDELA A PARIS », «L’HOMME LIBRE» et «GOREE FRATERNITE» sur http://www.yaminabenguigui.fr/.